Sur les coteaux qui dominent la Rive Droite de Bordeaux, au niveau du pôle multimodal de La Buttinière à Lormont, seize[ ]neuvième bénéficie d’un site privilégié dans la métropole bordelaise offrant un panorama dégagé sur le Port de la Lune.

Je souhaite recevoir
plus d'informations
Votre conseiller vous répond

Un chantier unique préservant les espaces naturels

 

La particularité technique de seize[ ]neuvième est de créer de nouveaux espaces de vie autour du parc-relais de la Buttinière et au-dessus de ses voiries qui seront reconfigurées. Il ne gaspille pas d’espace naturel supplémentaire.

 

Grâce à la coopération active de tous les acteurs, à une ingénierie sophistiquée et à une organisation très élaborée, toutes les fonctionnalités actuelles du pôle multimodal liées aux transports en commun seront conservées lors du chantier qui durera deux ans.

 

Chiffres clés du chantier

  • 55 000 heures de travail gros œuvre
  • 20 entreprises sur le chantier
  • 50 personnes / jour en phase gros œuvre
  • 13 500 m² de béton coulé
  • 760 tonnes de ferraille acier

 

Un site privilégié dans
la métropole bordelaise

 

Aux abords immédiats du parc Palmer à Cenon (25ha) et du parc de l’Ermitage à Lormont (40ha), le site de seize[ ]neuvième est une des principales portes d’entrée à l’Est de Bordeaux. A proximité de deux routes importantes, l’une venant de Libourne pour descendre vers Bordeaux, l’autre faisant le lien entre Lormont et Cenon, au pied du pôle multimodal de la Buttinière (bus, parc-relais et ligne A du tramway),
seize[ ]neuvième est idéalement placé.

 

Enfin, on trouve à proximité immédiate de seize[ ]neuvième de multiples commerces, équipements et services : polyclinique Rive Droite, centre commercial des 4 Pavillons, Rocher de Palmer et Forum du Rocher, Maison des Sports des Iris, lycées, etc.

 

 

Dans sa genèse, le projet est issu d’une réflexion proposée
par l’architecte Alexandre Chemetoff :

« C’est étrange, nous avons ici un site magnifique pour vivre et on en a fait un parking. Peut-être peut-on y remédier… »